Consentement sexuel, comment le respecter

Consentement sexuel, comment le respecter

Consentir est le fait d’accepter, sans contrainte ni menace, de participer à un acte sexuel.

Des personnes qui ont des activités sexuelles ensemble doivent toujours s'assurer que leur partenaire consent à ces activités.

Cet accord doit être donné volontairement par les différents partenaires de façon libre et éclairée.

Ci ce n’est pas le cas, le consentement n’est pas valide. Par conséquent, si celui-ci est donné par un tiers, après manipulation, ou s’il découle des paroles ou du comportement d’une autre personne, il ne peut être approuvé.

Le consentement ne doit pas forcément être donné de façon précise, c’est-à-dire verbalement ou par écrit. Il suffit que la personne l’exprime par sa parole, son comportement ou les deux.

Pour conclure qu'elle n'y a pas consenti il n'est pas nécessaire qu'une personne résiste physiquement à une activité sexuelle

Il n'y a pas de consentement sexuel :

• lorsque la personne exprime, par ses paroles ou son comportement, l'absence d'accord à l'activité sexuelle;

• lorsque la personne, après avoir consenti à l'activité, exprime par ses paroles ou son comportement, l'absence d'accord à la poursuite de l'activité sexuelle;

• lorsque le consentement n'est pas donné par la personne elle-même. Le consentement donné par une autre personne, par exemple un ami ou un parent, n'est donc pas valide.

Le silence n’équivaut pas au consentement : Une personne doit systématiquement exprimer son consentement par ses paroles, son comportement ou les deux.

Le consentement, qu'il soit verbal ou non verbal, doit être donné au moment de l'activité sexuelle. La personne doit être en mesure de l’exprimer à chacune des étapes de l'activité sexuelle. Donc, avant d'entreprendre une activité sexuelle de nature différente, le partenaire doit d'abord s'assurer que l'autre personne est d'accord pour aller plus loin. La validité du consentement cesse dès que la personne n’est plus en état de consentir.

Par exemple, il n'y a plus de consentement pour les gestes sexuels posés à partir du moment où la personne perd connaissance ou tombe sous les effets d'une drogue forte. Le consentement peut être retiré à tout moment, la personne peut consentir à un acte sexuel et changer d’avis. Dès l’expression du refus, par les gestes, la parole, ou les deux, le partenaire doit cesser l’activité sexuelle en question immédiatement.

Dans le cas contraire il commet une agression sexuelle.